Les émotions, pilotes de nos relations ?

« J’ai dit cela sur le coup de la colère, je ne le pensais pas vraiment »

« Je l’ai envoyé paitre parce que je suis préoccupée par ma mère hospitalisée, je n’avais l’énergie d’écouter ses petits problèmes »

Combien de fois vos émotions ont-elles été aux commandes dans vos relations ?

J’imagine bien plus souvent que vous ne le pensez. Les émotions sont là pour nous guider. Certaines personnes ne les ressentent pas, ce qui ne signifie pas qu’elles ne sont pas présentes. Tel des pilotes, les émotions nous orientent, nous permettent de ne pas répéter certaines erreurs, de réagir vite pour nous protéger… Depuis notre plus tendre enfance, le cerveau enregistre et capte toutes les informations émotionnelles qui l’entoure et l’enfant se forge des comportements qui lui permettent de s’adapter à son environnement. Sans les émotions nous serions comme des machines ou des choses. Se couper de ses émotions c’est ne pas avoir accès à toute une cartographie intérieure. En revanche se laisser submerger par elles peut s’avérer très gênant.

Dans notre relation aux autres, nos ressentis, nos sentiments sont bien souvent soumis à rude épreuve. Entre répression et submergement il est parfois difficile de trouver la voie du milieu. Pourquoi ? Bien souvent parce que dès l’enfance nous savons que nos émotions peuvent avoir un effet sur notre entourage. La politesse nous apprend parfois à les réfréner… à quel prix !

Exemple, si nos parents nous on apprit à sourire et dire merci lorsqu’une personne nous offre un cadeau, que celui-ci nous plaise ou non, nous allons apprendre à dissimuler et même à réprimer nos émotions. Pourquoi adopter une telle attitude ? Nos parents nous ont apprit que cela « faisait plaisir » à l’autre, qu’il ne fallait pas « lui faire de la peine ». D’accord, seulement l’enfant apprend que son plaisir à lui, sa joie à lui, passe après celui de l’autre, voir n’est pas important. Il me semble plus constructif que les parents puissent accompagner l’enfant dans l’accueil de son émotion, de lui apprendre à remercier pour l’intention et d’exprimer une déception ou un désir différent. Cela peut être également l’occasion pour la personne qui offre le cadeau d’apprendre ce qui plait à l’enfant ou pas et de mieux adapter son cadeau la fois suivante.

Inversement, il arrive que des paroles ou des comportements réveillent en moi de la colère ou de la tristesse ou de l’agacement et qu’il me soit alors impossible de ne pas entrer dans le réactionnel en agressant à mon tour, en fuyant, en me fermant comme une huitre… parce que je suis touchée, cela me renvoie (inconsciemment) à une situation douloureuse, je me sens fragilisée alors je me protège. La communication s’en trouve brouillée, perturbée, si ce n’est violente ou même coupée nette.

Que faire alors ?

La première chose à mon sens, consiste à prendre conscience de ce qui m’arrive, de ce que je ressens. Apprendre à reconnaitre l’émotion quand elle se montre et l’accueillir pour ce qu’elle est, sans la juger. Elle est là pour vous guider, vous indiquer le chemin. En la refoulant, vous risquez de la voir remonter de plus belle (un jour) avec plus de puissance.

Ensuite, il s’agit de la nommer, d’être en capacité de l’exprimer. Dans le cas de la colère, il peut être intéressant de dire « je me sens beaucoup trop en colère pour poursuivre la discussion, je vais prendre l’air et nous continuerons quand je serai calmé ».

En prenant le temps d’écouter ce que vos émotions ont à vous dire, vous vous offrez le cadeau d’apprendre à mieux vous connaitre, d’apaiser vos pensées. Reconnaitre vos émotions vous permettra aussi de ne pas rendre l’autre responsable de ce que vous ressentez.

De plus, personne d’autre que vous ne sais ce qui se passe en vous. Pas plus que vous ne savez ce que ressens l’autre s’il ne le dit/montre pas. Je vous invite à ne pas laisser l’autre définir ce que vous ressentez et vous à ne pas minimiser ce que l’autre exprime de son ressenti. Exemple : « je suis triste », réponse « mais non, c’est rien du tout ».

Je vous souhaite un beau voyage au cœur des émotions, vaste sujet d’exploration !

Gaëlle Dupont

2 Commentaires

Classé dans Ecouter ses émotions

2 réponses à “Les émotions, pilotes de nos relations ?

  1. Pingback: « Je ressens donc je suis » | Qualité relationnelle

  2. Pingback: 1 an… Happy  blogday ! | Qualité relationnelle

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s